Jonathan Drouin, la nouvelle vedette du Lightning?

Jonathan Drouin

À sa deuxième saison avec le Lightning de Tampa Bay, le jeune québécois Jonathan Drouin, choisi 3e au total à l’encan du repêchage de la LNH en 2013, sans faire trop de bruit, a débuté l’année en force, avec 6 points à ses 5 premiers matchs.

L’an dernier, à sa toute première saison avec l’équipe, après avoir eu à passer 3 saisons à Halifax avec le Moosehead, il a été employé irrégulièrement et en majorité sur le 3e trio de l’équipe, avec principalement Brian Boyle, Alex Killorn, Brian Morrow et Cédric Paquette, et quelques utilisations sur l’avantage numérique en compagnie du Capitaine, Steven Stamkos. En tout une moyenne d’utilisation de 13:14 par match. L’entraineur Jon Cooper a l’habitude de monter ses jeunes tranquillement, sans les surtaxer et leur donner trop de pression. Il semble qu’encore une fois, il sache comment faire progresser le jeune espoir du Lightning.

Jonathan Drouin, #27

Cette saison, son utilisation jusqu’à maintenant, s’est accrue, en passant à une moyenne par match de 15:55, et en jouant sur le premier trio à 92% avec Steven Stamkos et Ryan Callahan. Fait à souligner, il est déployé plus souvent en zone défensive, avec une moyenne de 43.75%. Sur l’avantage numérique, il est maintenant utilisé sur la 2e unité, avec Fillpula, Killorn, et Callahan, la première unité étant composée de Stamkos, et des triplets ( Palat, Johnson, Kucherov ). Ceci dit, les deux premiers trios du Lightning sont utilisés également, quoique sur l’avantage numérique, celui de Stamkos et des triplets, l’est à 50% comparativement à 29% pour celui de Drouin.

En ayant deux trios aussi dominants et productifs, il est plus facile d’affronter les équipes adverses, et produire offensivement, ce qui me porte à conclure que la production de Drouin jusqu’à maintenant, est loin de constituer une anomalie, quoique, s’il demeure sur la 2e unité de l’avantage numérique, sa production sera limitée dans les environs des 50 points. Drouin étant plus un fabricant de jeu qu’un buteur, il deviendra avant longtemps le partenaire attitré de Steven Stamkos, si ce dernier demeure toutefois à Tampa. D’ici un an ou 2, je vois sa production s’établir dans les 70 points, et une vingtaine de buts, ce qui serait très acceptable pour un jeune qui n’aura alors que 22 ans ( 20 cette saison ).  » The sky is the limit  » pour ce jeune surdoué québécois.

 

À propos de Paul Bernier

Un passionné de hockey depuis les temps. Mon blogue ne s'avère en aucuns cas une science exacte, mais un reflet de mes pensées et surtout, mon intérêt pour les espoirs de la LNH.

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Jonathan Drouin, la nouvelle vedette du Lightning?"

avatar
Sort by:   nouveau | plus ancien | Voté le meilleur
spritzer
Invité
spritzer
Hello Paul Comme bien du monde j’ai commencé à suivre Drouin à son année de repêchage à Halifax où il avait été vraiment bon, jusqu’à faire de l’ombre à MacKinnon avant que ce dernier explose en série. Le buteur jouit d’une aura particulière parce que marquer des buts est ce qu’il y a de plus difficile et que c’est le but ultime du jeu, mais le bon passeur comme Drouin qui voit les lignes de passe que les autres n’ont pas vues et qui surprend l’adversaire par l’intelligence de son jeu me donne plus à de plaisir à le regarder… Continuez de lire »
goldenbear
Invité
goldenbear

Bonjour Paul

Très bon billet et surtout bien documenté en statistiques. Jon Cooper s’avère un entraîneur tout à fait approprié pour le style de jeu que préconisé par Drouin.

Sa vision du jeu est exceptionnelle et son coup de patin est loin d’être déficient. Il suit le rythme dicté par la NHL. L’arrivée du 3 contre 3 devrait aussi contribuer à faire augmenter la production de Drouin.

Bref, je suis aussi de prêt Dylan Larkin des Wings de Détroit. Encore merci pour le billet! C’est apprécié.

wpDiscuz