Paul Byron, le nouveau petit du CH, pour y rester?

images

Paul Byron

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Canadiens est allé chercher la semaine dernière au ballottage, le diminutif joueur de centre, Paul Byron, âgé de 26 ans, un ancien des Olympiques de Gatineau, où à sa dernière année dans le junior, a amassé 99 points en 64 matchs.

Les 6 dernières saisons. Il a roulé sa bosse entre la ligue américaine et les Flames de Calgary, pour enfin se tailler un poste de régulier l’an dernier en jouant principalement avec Josh Jooris, Matt Stajan, Sven Baertschi et Sean Monahan. Il boucla une saison de 57 matchs avec 6 buts et 19 points.

Comme le mentionnait cette excellent article de Match Sticks and Gasoline, Byron est un joueur de possession, qui rend les autres meilleurs en sa présence. Et c’est exactement ce que le CH a besoin, d’une bonne dose de possession de rondelle, eux qui étaient 23e dans la LNH la saison dernière. Mais, à connaitre le système de jeu de l’entraineur Michel Therrien, est-ce qu’un joueur comme Byron finira par faire sa niche à Montréal ? On sait qu’il devra oeuvrer sur un des trois premiers trios afin d’exceller, et les postes jusqu’à date sont d’or et déjà attribués, quoique l’absence de Kassian pourrait présenter une opportunité. Par contre, Byron n’a pas le physique d’un Kassian, il fait 5’7″ et 153 lbs mouillé, et il ne peut remplacer ce genre d’attaquant. On a déjà assez de petits attaquants à Montréal, avec Gallagher, Desharnais, et une relève à St-John qui compte sur les Andrighetto, Hudon, Thomas et cie.

Comme le mentionne l’excellent blogueur Saprebleu dans son commentaire sur le blogue de Mathias Brunet, Rondelle Libre,  » Parmi les clubs de la conférence de l’ouest, Il y a 4 joueurs de 5′9″ et 10 joueurs de 5′10″. Seulement 2 equipes ont 3 de ces joueurs, un de 5′9″ et deux de 5′10″, soit Winnipeg et Calgary. Pas deux puissances de la conference. Quatre equipes n’en ont pas. Chicago, Los Angeles, San Jose et Dallas. C’est bien de repêcher des petits joueurs de talent (il en pleut dans le junior), la réalite est que dans la LNH, il n’y a pas beaucoup de place pour eux ».  Ce qui nous pousse à poser cette question, est-ce d’aller chercher un autre petit attaquant chez le CH amène une lacune dans le domaine de la robustesse, car on sait fort bien que quand le jeu des séries débute, on parle d’une autre saison, celle où les plus forts résistent à la fatigue d’une longue saison.

On verra rapidement son utilisation aux prochains matchs, et on saura si Byron est une solution à court ou long terme. Pour l’avoir suivi ces dernières années, on parle d’un joueur rapide, avec de bonnes mains, et d’un bon sens du jeu, qui, malgré son physique, n’a pas peur d’aller dans l’action. Il pourrait très bien être une solution sur l’anémique avantage numérique si utilisé avec les bons éléments. Pour le moment, il est un petit attaquant, parmi tant d’autres.

À propos de Paul Bernier

Un passionné de hockey depuis les temps. Mon blogue ne s'avère en aucuns cas une science exacte, mais un reflet de mes pensées et surtout, mon intérêt pour les espoirs de la LNH.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz