Repêchage LNH 2017: Michael Rasmussen, le gabarit, les mains et pas encore tout le reste

Michael Rasmussen

Michael Rasmussen

À déjà 6’5″ et 200 livres, Rasmussen a certainement le gabarit de l’emploi, toutefois il a des carences à travailler s’il veut avoir un futur emploi dans la LNH.

Michael Rasmussen

2016-17 Tri-City Americans (WHL) #15

Né: le 17 avril 1999, à Surrey BC

Gabarit: 6’5″ 200 livres

Position: Centre (gaucher)

Michael Rasmussen est un produit de la ligue de développement de l’Okanagan, en Colombie-Brittanique, une région qui nous amené de bons joueurs dans le passé, le dernier étant Curtis Lazar, présentement avec les Sénateurs d’Ottawa (2013). Bizarrement, il a évolué seulement un match en 2014-15 avec les Vees de Penticton, dans la BCHL avec l’excellent Tyson Jost, avant de continuer son cheminement dans la WHL avec les Americans de Tri-City. Il eu une bonne saison recrue avec 43 points, dont 18 buts en 63 matchs. Cette saison, avec des responsabilités accrues, il a un début fulgurant avec déjà 11 buts en 13 matchs.

Michael Rasmussen

Michael Rasmussen

Michael Rasmussen détient un bon sens du jeu et un bon hockey IQ. Pour un joueur de son gabarit, son coup de patin est acceptable, on ne parle pas ici d’un marchand de vitesse. Il aurait avantage à travailler sur ses déplacement latéraux et à ce que j’ai pu remarquer, il manque d’intensité. Il possède des mains habiles, ce qui lui permet de récupérer facilement les rondelles.

On ne le voit pas souvent utiliser son lancer frappé, c’est plutôt le lancer des poignets qu’il préfère et ce dans les espaces restreints. On le voit se placer systématiquement aux côtés ou devant les gardiens adverses, endroit où il aime se positionner grâce à son physique et récupérer les rondelles pour compter la majorité de ses buts. Il est aussi capable d’alimenter ses coéquipiers, quoiqu’il manque quelque peu de créativité à ce niveau.

Son jeu défensif est acceptable et il pourrait s’améliorer car il est souvent le dernier à regagner sa zone, ce qui n’aide pas toujours son équipe. Il aurait intérêt à travailler sur cet aspect s’il veut éventuellement avoir une chance d’atteindre la LNH. Son éthique de travail et leadership sont toutefois appréciés par ses entraîneurs.

Les recruteurs sont mitigés face au jeune Rasmussen, il est classé aussi loin que 27e par Craig Button de TSN et même 9e par le système de recrutement ISS. S’il est capable d’améliorer ses lacunes Rasmussen pourrait très bien sortir dans le Top 10. DLB le classe pour le moment entre la 15 et 20e position. S’il progresse comme voulu, il aura besoin d’une autre année dans la WHL afin de gagner de la maturité physique. Au fur et mesure que la saison avance, je le garderai à l’oeil attentivement car il a certes des atouts pour percer dans la LNH!

Ajout: Rasmussen a déçu par son manque de vision, et il a descendu au classement.

****************************

Projection dans la LNH: centre de 1e trio

Production offensive dans la LNH d’ici 3 ans: 7 buts 6 passes

Joueur comparable: Ryan Smith

Classement DLB: 43e rang

******************************

 

 

 

 

À propos de Paul Bernier

Un passionné de hockey depuis les temps. Mon blogue ne s'avère en aucuns cas une science exacte, mais un reflet de mes pensées et surtout, mon intérêt pour les espoirs de la LNH.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz